REPRISE PARTIELLE AIKIDO : Autorisée?

Notre Fédération nous informe quotidiennement sur ce qui est autorisé :

Préambule

LA FFAAA NOUS REPOND

La reprise de l’aïkido n’est pour l’instant autorisée que de façon très limitée. Cela n’est pas de notre fait, mais correspond à une exigence du ministère des sports, qui touche également l’ensemble des arts martiaux, sports de combats et sports collectifs.

La mise à jour journalière de l’article complet de la FFAAA est disponible : ICI

Il faut bien comprendre que si un foyer de covid survenait à la suite d’un cours d’aïkido, cela aurait des conséquences dramatiques pour notre discipline. Nous aurions dans ce cas les plus grandes difficultés à négocier une reprise, et ce même pour la rentrée de septembre.

Aussi, nous remercions l’ensemble des licenciés d’être très vigilants quant au respect de ces mesures, même si elles semblent draconiennes.

Nous répondons ici à certaines questions soulevées suite à la parution du communiqué « Reprise de l’activité partielle du 11 Mai jusqu’au 2 Juin 2020 ».

Pour ceux qui auraient d’autres questions d’ordre sanitaires, vous êtes invités à les envoyer à l’adresse médecin.federal@aikido.com.fr ou ffaaa@aikido.com.fr

Le port du masque est-il obligatoire pour la pratique, notamment en zone rouge ?

Le port du masque est conseillé lorsque la distance entre deux personnes est inférieure à 1 mètre.

Actuellement, la reprise de l’aïkido est autorisée seulement en extérieur, et avec une distance de 1,5 mètres entre les pratiquants. De ce fait, il n’est pas nécessaire de porter un masque.

Cependant, si certaines réglementations locales sont plus contraignantes (association, centre sportif, municipalité…), elles devront aussi être respectées

Les armes en bois sont-elles autorisées dans l’espace public depuis les diverses les plans vigipirates passés ?

Les armes en bois : jo, bokken et tanto en bois ne sont pas des armes au sens du code de la sécurité publique. Ils sont donc autorisés, le port et le transport pour motif légitime des armes de catégorie D est d’ailleurs libre. Il faut par conséquent, insister en cas de contrôle sur le fait que nos bokken et autres ne constituent pas des armes.
La détention de la licence vaut titre de transport légitime. Attention toutefois aux abords de manifestations !

Peut-on imaginer travailler à deux aux armes (ken tai ken ou jo tai jo par exemple) : en effet, dans ces situations il n’est pas toujours possible d’être à un mètre de distance ?

Non, Exercices de pratique seul uniquement.

Référence au guide MJS, page 49 nous concernant.


Doit-on nettoyer les armes avant et après la pratique ? 

Ce n’est pas nécessaire car chacun ne touche que ses propres armes

Que faire quand une arme tombe au sol ? 

Le risque est extrêmement minime, mais par prudence on peut nettoyer l’arme avec une lingette désinfectante

Doit-on prévoir un gel hydroalcoolique pour les pratiquants ?

Ce n’est en principe pas nécessaire, car il ne doit pas y avoir de contact entre les affaires des uns et des autres.

Ceci dit, il  est conseillé à tout le monde d’avoir toujours sur soi de quoi pratiquer une hygiène des mains, ce qui peut souvent s’avérer utile.

Faut-il établir une liste des participants ?

Lors de chaque séance, établissement d’une liste nominative des participants à conserver par les Clubs et à présenter en cas de demande des autorités sanitaires.

Le nombre maximal de 10 personnes comprend-il l’enseignant ?

Oui, le nombre de 10 pratiquants comporte 1 enseignant et 9 élèves.

Comment devons nous déclarer le nouveau lieu provisoire de pratique ?

Aucune déclaration n’est nécessaire. Il faut cependant que cet espace soit accessible donc si votre commune est en zone rouge, il est fort possible que les parcs et jardins soient encore fermés. il est important de vous renseigner au préalable. Une vigilance particulière est à apporter aux lisières de forêts.  La pratique dans des jardins privés est possible et assurée dans le cadre du club si elle reste encadrée par un enseignant diplômé (BF-CQP-BEES-DEJEPS-DESJEPS dans la mention concernée).

Quelles prises en charge de notre assurance en cas de piqûre de tiques, maladie de lyme, casse de branche d’arbre sur un pratiquant ?

Une vigilance particulière est à apporter aux lisières de forêts en effet. Si une branche d’arbre tombe sur un pratiquant c’est alors sa responsabilité civile qui couvrira le dommage. Il est important de bien choisir son lieu de pratique et vérifier en amont que celui-ci permet une pratique sereine et sécurisée. Concernant les piqûres (tiques..) et maladies associées, l’assurance de la licence ne couvre pas ses dommages non plus. L’assurance prend en charge tous les dommages liés aux accidents inhérents de notre pratique ( exemple les traumatismes habituels communs à ceux que l’on rencontre au dojos…) et à son encadrement dans les règles du guide du ministère des sports et du communiqué de presse fédéral.

Certaines villes autorisent une reprise en intérieur dès maintenant, sous réserve d’un accord de la fédération, peut-on donc le faire ?

C’est pour l’instant impossible, la fédération ne peut pas donner son accord en raison des directives ministérielles actuelles. Ces activités en intérieur ne peuvent concerner notre discipline pour l’instant.

POSEZ VOS QUESTIONS : ffaaa@aikido.com.fr